Efficacité énergétique industrielle


Définition de l'efficacité énergétique industrielle

Il s'agit du rendement énergétique d'un processus, d'un appareil ou d'un bâtiment par rapport à l'apport en énergie qu'il requiert pour son bon fonctionnement. Une efficacité énergétique optimale se définit comme une consommation en énergie moindre pour le même service rendu. On distingue alors l'efficacité énergétique active, qui intervient sur les systèmes de contrôle et de gestion des besoins en énergie (flux d'énergie, installations électriques, appareillages, etc.), de l'efficacité énergétique passive, qui représente l'enveloppe d'un bâtiment (son isolation).


Définition de la norme ISO 50001

L'ISO 50001 est la dernière norme internationale qui a été créée en juin 2011, et qui définit les exigences de mise en œuvre des systèmes de management de l'énergie. Elle donne les directives et orientations à suivre pour définir stratégiquement son plan énergétique, que ce soit pour les installations industrielles, commerciales ou publiques ; et quelqu'elles soient les énergies utilisées.

La norme ISO 50001 est le fruit d'une collaboration entre 61 pays. Les pays membres du CEN (Comité européen de normalisation), ayant déjà contribué à l'élaboration de la norme NF EN 16001 (norme européenne publiée en juillet 2009), ont veillé au respect de la cohérence entre les deux textes. De ce fait, l'EN 16001 disparaît au fur et à mesure pour laisser place à l'ISO 50001.

La présente Norme internationale se fonde sur les éléments communs à toutes les normes ISO sur les systèmes de management, ce qui garantit un niveau élevé de compatibilité, notamment avec l'ISO 9001 (management de la qualité) et l'ISO 14001 (management environnemental).

Les objectifs de l'ISO 50001 :
•  Augmenter l'efficacité énergétique
•  Réduire les coûts (réaliser des économies d'énergie)
•  Améliorer la performance environnementale
•  Réduire les risques
•  Optimiser la sécurité énergétique

Concrètement, l'ISO 50001 donne les clés pour :
•  Aider les organismes à utiliser plus judicieusement les ressources en place consommatrices d'énergie
•  Établir des conditions de transparence et faciliter la communication sur le management des ressources énergétiques
•  Promouvoir les meilleures pratiques de management de l'énergie et renforcer les bons comportements dans ce domaine
•  Aider les unités d'exploitation à évaluer et à privilégier la mise en application de nouvelles technologies à haut rendement énergétique
•  Fournir un cadre pour favoriser l'efficacité énergétique tout au long de la chaîne d'approvisionnement
•  Faciliter l'amélioration en matière de management de l'énergie dans le contexte des projets de réduction des émissions de gaz à effets de serre
•  Permettre l'intégration à d'autres systèmes de management déjà en place (environnement, santé et sécurité)
•  …/…

L'adoption de cette Norme internationale au niveau mondial contribue donc à un usage plus efficace des sources d'énergie disponibles, à une meilleure compétitivité et à une réduction des émissions de gaz à effet de serre et autres impacts environnementaux associés.

L'organisme AIE (Agence Internationale de l'Energie) avait estimé que cette norme pouvait avoir un impact sur près de 60% de la consommation énergétique dans le monde.

« Depuis la publication l'an dernier de la norme ISO 50001 relative au management de l'énergie, son application et la certification associée s'accélèrent partout dans le monde. Selon les données statistiques de fin janvier 2012 (compilées par Reinhard Peglau, Responsable scientifique principal pour le management environnemental, Agence fédérale allemande de l'environnement), près de 100 organisations dans 26 pays ont déjà obtenu la certification et récoltent les avantages d'une efficacité énergétique accrue, de coûts réduits et d'une meilleure performance énergétique. »
(Source : http://www.iso.org/iso/fr/home/news_index/news_archive/news.htm?refid=Ref1537)

Ressources :
http://www.iso.org/iso/fr/iso_50001_energy.pdf
http://www.lrqa.fr/normes-referentiels-services-directives/normes/222978-iso-50001.aspx
http://www.afnor.org/liste-des-actualites/actualites/2011/juin-2011/performance-energetique-la-norme-internationale-iso-50001-vient-d-etre-publiee
http://www.actu-environnement.com/ae/news/interview-afnor-norme-performance-energetique-iso50001-12907.php4


Pourquoi cette tendance ?

Jusqu'à présent, la plupart des usines et leurs procédés ont été conçus et construits en prenant principalement en compte le coût des équipements et des installations.
Cependant, en raison des changements liés à l'augmentation des coûts énergétiques, l'optimisation de l'énergie devrait être un autre indicateur clé à prendre en compte dans le calcul des coûts globaux.
Afin d'atteindre cette optimisation, l'énergie doit être mesurée au niveau local et quasiment en temps réel, tandis que les activités de contrôle de fabrication doivent également être informées des énergies consommées.
Ces contrôles et les outils décisionnels doivent être réalisés en définissant les consommations globales d'énergie pour chaque processus. Ces objectifs sont assistés par l'automatisation croissante dans les usines, qui peuvent fournir une meilleure visibilité et assurer une efficacité maximale dans l'atelier.
Ressources IEEE Smart Grid - Towards the energy efficient future factory

Etude à télécharger en cliquant sur le lien suivant :
http://sgpubs.ieee.org/publications/latest-ieee-xplore-publications/smart-grid/1012-towards-the-energy-efficient-future-factory


Comment améliorer sa performance énergétique ?

Smart Energy : Que faut-il pour exceller dans la gestion de l'énergie industrielle (energy factory) ?

Les fabricants qui sont mieux que leurs concurrents à gérer et à réduire la consommation d'énergie sont plus susceptibles d'inclure la gestion de l'énergie dans leurs initiatives en matière de développement durable, plus susceptibles de faire usage en temps réel et d'historiser les données de consommation d'énergie, et plus enclins à investir dans la technologie pour automatiser la gestion de l'énergie, selon un récent rapport réalisé par le Groupe Aberdeen.

Basé sur une enquête auprès de 230 cadres, l'étude tente de différencier le comportement, les politiques et les priorités des fabricants qui sont les meilleurs dans les politiques de réduction des consommations d'énergie.
Le cadre de l'étude s'est attaché à étudier les sociétés « best in class » ayant obtenu au moins une réduction de 15% de leur consommation d'énergie, au moins 90% de l'efficacité globale des équipements (OEE), et dégageant des marges d'exploitation d'au moins 14%.

Parmi ces sociétés qui sont les mieux classées dans la gestion de l'énergie, le rapport Aberdeen précise que 82% d'entre elles ont déployé des processus standardisés pour la consommation d'énergie de surveillance dans toute l'entreprise. Cela se compare à seulement 31% de ce que le cabinet Aberdeen appelle les entreprises retardataires.
57 % des dirigeants leaders en gestion de l'énergie établissent des plans d'objectifs de réduction des consommations à court et long terme pour leurs usines, comparativement à seulement 30% des autres entreprises.

Dans le même temps, l'étude précise que les entreprises «best in class» sont plus performantes dans l'utilisation des données de leurs activités de production.
67 % d'entre elles centralisent par des routines automatiques les données de consommations d'énergie, comparativement à seulement 19% des autres entreprises.
Une proportion de 62% des dirigeants gèrent les informations de consommation en temps réel (avec historisation) contre 21 % pour les autres.
46 % des dirigeants ont installé des systèmes pour gérer la consommation d'énergie, tandis que seulement 15% des retardataires l'ont fait.

Bien que l'étude ait révélé des différences marquées dans la façon dont les dirigeants et les autres gèrent la gestion de leurs consommations d'énergie (energy factory), l'étude a montré une même conscience dans l'intérêt et les raisons de se concentrer sur la gestion de l'énergie.
Parmi tous les répondants, 80% ont précisé que la réduction des coûts de leurs opérations de fabrication passent par une meilleure gestion de leurs flux énergétiques.
Bien que de récents rapports mettent en avant que de plus en plus de consommateurs envisagent des politiques de développement durables; des fabricants au moment de choisir les produits, seulement 20% des répondants industriels ont précisé que les efforts visant à mieux gérer la consommation d'énergie sont motivés par le désir d'être perçu comme un leader du développement durable.

Les fabricants qui ne sont pas actuellement les meilleurs de leurs catégories en matière de gestion de l'énergie (smart energy management), indiquent que le rapport devrait prendre une approche plus globale, en investissant dans les systèmes de gestion de l'énergie, y compris les données sur la consommation d'énergie dans les activités de planification de la maintenance, et en établissant un programme formel de gestion de l'énergie qui est approuvé par la Direction générale...

Ressources : Aberdeen


FEMS (Factory Energy Management System – Factory smart grid ) : Comment mieux appréhender le système de management de l'énergie d'une usine ?

Promouvoir la réduction des émissions de CO2 grâce aux applications Smart Grid dans l'usine.

Principe
Système de gestion d'énergie de nouvelle génération qui maximise les avantages d'un système de cogénération avec l'utilisation des énergies renouvelables et de l'énergie du gaz naturel et une gestion et un contrôle de l'approvisionnement énergétique et la consommation dans l'usine.

Avantages
•  Prévisions de production d'énergie renouvelable variable, des besoins énergétiques et de chaleur pour obtenir une réduction des coûts de l'approvisionnement en énergie et des consommations
•  Améliorer la précision de la demande en intégrant des informations sur le plan de production
•  Utiliser des outils de PCDA et de monitoring des consommations pour garantir des gains supplémentaires

Schéma d'un système FEMS (Factory Energy Management System – Factory Smart Grid )

Ressources : HITACHI LTD


Questions que se posent les Industriels par rapport à la mise en place d'une démarche énergétique

•  Comment diminuer notre seuil de consommation ?
•  Comment mettre en place un tableau de bord énergétique interactif sur toutes les énergies ?
•  Comment mieux construire notre infrastructure pour limiter les coûts énergétiques ?
•  Comment détecter les douves énergétiques ?
•  Quelles sont les pistes d'optimisation en régulation, comptage et pilotage des installations de production et distribution des utilités ?
•  Comment réduire les pointes électriques / effacement ?
•  Comment récupérer les calories des compresseurs d'air comprimé ?
•  Comment tirer un bilan énergétique sur mes fours de process ?
•  Comment mesurer et suivre en temps réel les consommations énergétiques ?
•  Comment définir les référentiels ?
•  Existent-ils des groupes froids « économes » ?
•  Comment mettre en place un management électrique pour optimiser et réduire les consommations d'eau, de fuel et électriques ?
•  Quelles solutions utiliser pour récupérer la chaleur des compresseurs, cheminées… ?
•  Quelles sont toutes les énergies renouvelables applicables ?
•  Quelles sont les innovations en terme de « smart energy solutions » ?
•  Quel programme suivre en terme d'énergie pour des usines neuves ?
•  Comment obtenir la certification ISO 50001 ?
•  Comment échanger les données avec le fournisseur d'énergie ?
•  Comment économiser facilement avec les variateurs ?
•  Comment mettre en place des indicateurs de performance énergétique (IPE) ?
•  Comment optimiser le réseau d'eau glacée ?
•  …/…

N'hésitez pas à rejoindre la communauté « Energie Industrie » sur Viadeo pour faire part de vos réflexions et besoins d'informations sur ces sujets.


Quelles solutions pour une efficacité énergétique industrielle ?

Management de l'énergie
•  Diagnostic de performance énergétique
•  Campagne de mesure
•  Conseil au choix de l'énergie utilisée
•  Contrôle des factures clients
•  Etude d'optimisation tarifaire par simulation
•  Plan de mesure et de vérification (PM&V)
•  Bilan énergétique global
•  Certification
•  Conseil [...]

Mesure & contrôle des consommations
•  Réseau de télécommunication et d'interfaçage
•  Compteurs d'énergie
•  Interface homme/machine
•  Appareil de mesure
•  Systèmes de compensation de l'énergie
•  Régulateurs de puissance
•  Transformateurs de mesure
•  Centrale de mesure
•  Systèmes électriques [...]

Pilotage énergétique Temps Réel
•  ERP
•  Progiciel de gestion de l'énergie
•  Modélisation des procédés
•  Progiciel de gestion des alertes
•  Progiciel de compteurs tarifaires
•  Système de télé relevé des compteurs
•  Progiciel de cartographie des consommations
•  Progiciel d'exploitation et de mesure de la performance énergétique
•  Logiciel de contrôle des technologies d'entrainement [...]

Solutions d'énergie
•  Opérateurs/fournisseurs d'énergie
•  Energie renouvelable (aérothermie, Air comprimé, Biocarburant, Biogaz, Bois énergie, Electrique, Eolien, Exploitation eau fluviale, Gaz, Géothermique, Solaire…)
•  Production et exploitation industrielle de chaleur (chaudières, Echangeurs de chaleur, Froid industriel)
•  Systèmes de récupération de chaleur (eau, gaz de process, déchets, machines frigorifiques…) […]

Systèmes & composants « smart energy automation »
•  Système de commande et de supervision
•  Automation
•  Solutions Smart Grid
•  Moteurs à haut rendement
•  Démarreurs progressifs des moteurs
•  Moto réducteurs
•  Convertisseurs de fréquence
•  Convertisseurs de moyenne tension
•  Pompes [...]


Retours d'expérience des Industriels

Bilan du programme d'efficacité énergétique suivi par TOTAL
Nous avons mis en place une gestion de la performance énergétique qui vise à minimiser les consommations spécifiques de nos différentes activités et optimiser, partout, l'utilisation de l'énergie.

Nous veillons aussi à promouvoir en interne une culture de la performance énergétique, notamment en favorisant l'échange et le partage d'expérience entre experts techniques et représentants de nos différentes entités.

Depuis 2008, nous nous sommes dotés d'un Guide du management de la performance énergétique destiné aux opérationnels (responsables de sites, d'équipes et de projets…). Ce document dégage quatre grands leviers de progrès :
l'optimisation des conditions opératoires ;
le partage des meilleures pratiques ;
la prise en compte d'un critère de performance énergétique dans la conception des projets, qu'il s'agisse de la création d'une unité nouvelle ou de la modification importante d'une installation ;
le développement de procédés et technologies innovants; avec le support de la Recherche & Développement du Groupe.

Notre objectif : améliorer l'efficacité énergétique de nos installations de 1 à 2 % par an, selon les activités [...]

Depuis 2007, notre activité Pétrochimie atteint ses objectifs d'amélioration de 2 % par an. Une performance réalisée grâce aux investissements engagés ces dernières années sur nos grands complexes chimiques (Gonfreville en France, Feluy et Anvers en Belgique, Carville aux Etats-Unis). En poursuivant nos travaux d'identification des gisements de progrès, nous devrions pouvoir continuer à nous améliorer au-delà de 2012.

Les « plus petits » sites de notre chimie de spécialités contribuent eux aussi à l'effort : à Houston, le site de Cook Composites & Polymers, filiale de Cray Valley, est parvenu à réduire sa consommation de 14 % par rapport à 2007. Sa certification de management de l'énergie a d'ailleurs été récompensée par les autorités américaines […]

Source : http://www.energie-industrie.com/actualites/experience-de-total-ameliorer-l-efficacite-energetique-de-nos-installations_532914


Lafarge Chine – Efficacité énergétique dans une cimenterie

En raison des ressources naturelles limitées et de la hausse de la demande, la réduction de la consommation énergétique et le contrôle des émissions font partie des priorités majeures de l'industrie cimentière chinoise.

Solution
En mars 2008, le four à voie humide n°3 de la cimenterie de Jiangyou, d'une capacité de 600 tonnes, a été officiellement démantelé.
Ce démantèlement renforce l'engagement du Groupe en matière de développement durable, en ligne avec la nouvelle politique environnementale du gouvernement chinois.

Résultats
Ce démantèlement renforce l'engagement de Lafarge dans les domaines de réduction de la consommation énergétique et de protection de l'environnement. C'est aujourd'hui le premier pas vers une modernisation totale des lignes de production de la cimenterie de Jiangyou. Toutes les unités de Lafarge Shui On sont sur la voie d'une totale conformité avec les standards environnementaux de Lafarge.

Perspectives
En tant qu'acteur responsable, Lafarge Shui On va continuer à travailler main dans la main avec les autorités municipales locales pour améliorer le développement économique dans le respect de l'environnement, et pour faire de Lafarge Shui On un modèle de l'industrie cimentière en matière de réduction énergétique et de protection environnementale.
« Mener notre activité d'une manière durable » : telle est la stratégie globale de Lafarge. La protection de l'environnement fait partie des 3 priorités majeures du Groupe mises en place dans le cadre du programme « Ambitions Développement Durable 2012 ».

Source : http://www.energie-industrie.com/actualites/lafarge-chine-efficacite-energetique-dans-une-cimenterie_532916


Des usines plus économes chez COCA-COLA ENTREPRISE

Dans les usines Coca-Cola, le renouvellement des installations et l'amélioration de leur performance énergétique sont au centre de notre politique environnementale.

L'installation de systèmes d'éclairage à basse consommation est d'ores et déjà en cours de déploiement sur les 15 sites industriels européens de Coca-Cola Entreprise. En 2010, aux Etats-Unis, les consommations énergétiques imputables à l'éclairage ont été réduites de 50%. L'équivalent de 52000 tonnes de CO2 ont ainsi été économisées.

Un vaste programme d'économies d'énergie est aujourd'hui appliqué de manière stricte dans toutes les usines Coca-Cola. L'alimentation des machines est optimisée grâce à des systèmes de pilotage de nouvelle génération, qui adaptent l'alimentation énergétique aux besoins de la production.

De la même manière, de nombreuses machines sont remplacées par des modèles plus écologiques. Nous avons ainsi renouvelé la quasi-totalité des compresseurs utilisés dans nos usines pour souffler les préformes des bouteilles.
Grâce à ces efforts, notre ratio Energie (KwH/litre de boisson) a été réduit de 4.5% entre 2009 et 2010, et notre usine de Dunkerque a obtenu en 2010 un certificat d'économie d'énergie pour la période 2006-2010.

Plus globalement, nous explorons de nouvelles possibilités d'utilisation des énergies renouvelables. Energie solaire, éolienne, hydraulique, géothermie... aucune piste n'est écartée.
Et les premières expériences sont encourageantes, comme à Chaudfontaine en Belgique, où l'usine Coca-Cola est chauffée grâce à une installation géothermique. Ce système a déjà réduit de 11% la consommation du site.

De nombreux projets sont à l'étude dans d'autres usines Coca-Cola en Europe. Ils devraient permettre de répondre aux obligations réglementaires fixées par le Grenelle de l'Environnement et le sommet de Copenhague.

Source : http://www.energie-industrie.com/lyon_decembre_2013/communaute.asp?IDActu=470955


Ressources

Quelques liens utiles pour télécharger des études de cas et retours d'expériences réussis sur des sujets liés à l'efficacité énergétique industrielle :

Qu'est-ce que l'efficacité énergétique ? Pourquoi et comment atteindre un idéal d'efficacité énergétique ? Quelles solutions ?
Source : Livre blanc écrit par Schneider Electric – Février 2011
http://media.energie-industrie.com/Presentation/livre_blanc_ee_fevrier2011_schneider_electric__1__313445.pdf

Toutes les bases sur l' « Efficacité énergétique dans le secteur industriel »
Source : Manuel écrit par l'IUSES (Intelligent Use of Energy at School) – Octobre 2010
http://media.energie-industrie.com/Presentation/efficacite_energetique_dans_le_secteur_industriel_313494.pdf

Comment améliorer la performance industrielle via l'efficacité énergétique ?
Source : Novallia Formation
http://media.energie-industrie.com/Presentation/performance_industrielle_par_novallia_formation__1__313495.pdf

Le Gimelec nous explique à travers ce guide à quel point la mesure est essentielle pour mener à bien une démarche d'optimisation énergétique.
Source : Guide des bonnes pratiques écrit par le GIMELEC
http://media.energie-industrie.com/Presentation/guide_bonne_pratique_mesure_gimelec_avril2008_313499.pdf

Comment optimiser l'utilisation des fluides dans les procédés de fabrication agroalimentaires ?
Source : Synthèse éditée suite au forum régional organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) sur l'efficacité énergétique dans les Industries Agroalimentaires - 10 juin 2010 – Polytech Lille
http://media.energie-industrie.com/Presentation/efficacite_energetique_synthese_optimisation_des_fluides_313503.pdf

L'industrie française face à l'économie verte : l'exemple de sept filières
Source : Rapport rédigé pour le Cercle de l'Industrie par Patricia Crifo, Manuel Flam, Matthieu Glachant – Juin 2011
http://media.energie-industrie.com/Presentation/etude_2011_economie_verte_313504.pdf

TOTAL partenaire de l'ADEME décide d'améliorer l'efficacité énergétique de ses installations. Quelles actions ont-ils mené ?
Source : site Internet TOTAL
http://www.energie-industrie.com/actualites/experience-de-total-ameliorer-l-efficacite-energetique-de-nos-installations_532914

Exemple et résultats d'une démarche engagée par l'usine SAFT de Bordeaux concernant les économies, la gestion et la maîtrise de leurs énergies
Source : l'ADEME - Ee 40 – décembre 2011
http://media.energie-industrie.com/Presentation/economies_energies_usine_saft_1__313505.pdf

Etude canadienne du diagnostic énergétique d'une cimenterie
Un dossier complet pour appréhender les moyens d'optimiser ses consommations dans cette filière énergivore.
http://media.energie-industrie.com/Presentation/011_149_diag_energ_cimenterie_313507.pdf


Glossaire

IPE - Indicateur de Performance Energétique : Outil de reporting

Audit énergétique : Calcul et examen des usages et consommations d'énergie d'un bâtiment afin d'identifier les points pouvant être améliorés et de proposer des travaux et des actions d'économies d'énergie ou d'utilisation des énergies renouvelables (ENR).

DPE - Diagnostic Performance Energétique : Obligatoire pour les ventes depuis novembre 2006 et pour les locations depuis le 1er juillet 2007, le DPE est un document réalisé par un professionnel et qui comporte des informations sur la consommation d'énergie du bâtiment (pour les usages de chauffage, rafraîchissement et service d'eau chaude sanitaire) et sur les émissions de gaz à effet de serre (CO2) ainsi que des recommandations et préconisations pour réduire cette consommation. Son but est d'informer les futurs propriétaires ou locataires. Les informations sont présentées en reprenant l'étiquette énergie déjà familière aux consommateurs pour l'électroménager.

HQE – Haute Qualité Environnementale : Cette démarche initiée en 1996, vise à limiter les impacts environnementaux d'une opération de construction ou de réhabilitation : consommation de ressources naturelles, gestion des déchets, nuisances sonores.... Quatorze exigences environnementales définissent cette démarche. Elles portent sur le respect et la protection de l'environnement extérieur, la création d'un environnement intérieur satisfaisant.

Calorie : Il s'agit d'une unité « pratique » de quantité de chaleur adoptée par les chimistes, thermiciens et frigoristes.

Energies renouvelables : Energies produites par différents processus naturels (rayonnement solaire, vent, bois, chute d'eau, géothermie, etc.). Contrairement aux énergies fossiles, les EnR sont inépuisables et n'émettent pas de gaz à effet de serre.

Energie fatale : l'expression "énergie fatale" désigne la quantité d'énergie inéluctablement présente ou piégée dans certains processus ou produits, qui parfois au moins pour partie peut être récupérée et/ou valorisée.

Smart Grid : Réseau de distribution d'électricité « intelligent » qui utilise des technologies informatiques de manière à optimiser la production, la distribution, la consommation ainsi que de mieux mettre en relation l'offre et la demande entre les producteurs et les consommateurs d'électricité.

CEE : Certificats d'Economie d'Energie

Facility Management : Gestion globale des fonctions support de l'entreprise (services généraux) par des prestataires de services tiers spécialisés. La problématique principale du Facility Management est d'améliorer la qualité des prestations dans le cadre d'une réduction des coûts.

Biomasse : Le terme de biomasse regroupe l'ensemble des matières organiques pouvant devenir des sources d'énergie. Ces matières organiques qui proviennent des plantes sont une forme de stockage de l'énergie solaire, captée et utilisée par les plantes grâce à la chlorophylle. Elles peuvent être utilisées soit directement (bois énergie) soit après une méthanisation de la matière organique (biogaz) ou de nouvelles transformations chimiques (biocarburant). Elles peuvent aussi être utilisées pour le compostage.

Géothermie : Elle désigne l'énergie géothermique issue de l'énergie de la Terre qui est convertie en chaleur.

Cogénération : Production conjointe et simultanée d'électricité et de chaleur, par une même installation à partir de l'énergie issue du traitement thermique des déchets ou par l'intermédiaire du biogaz de centres de stockage ou de méthanisation.

ISO 50001 : Norme internationale créée en juin 2011, qui définit les exigences de mise en œuvre des systèmes de management de l'énergie.

ISO 14001 : Norme de certification environnementale internationale. La norme ISO 14001 constitue un cadre définissant des règles d'intégration des préoccupations environnementales dans les activités de l'organisme afin de maîtriser les impacts sur l'environnement et ainsi concilier les impératifs de fonctionnement de l'organisme et de respect de l'environnement.

ISO 9001 : La norme 9001 définit des exigences concernant l'organisation d'un système de gestion de la qualité.

Free cooling : Cela consiste à utiliser l'air ambiant ou de l'eau pour refroidir un produit, sans utiliser une machine thermodynamique. Il s'agit de faire passer le produit à refroidir dans un échangeur où il cède sa chaleur soit à l'air ambiant, soit à un liquide plus froid (eau ou fluide de process à réchauffer).

COP – Coefficient de Performance : Il représente la performance énergétique de la pompe à chaleur fonctionnant en mode chauffage. Il correspond au rapport entre l'énergie utile (chaleur restituée pour le chauffage) et l'énergie consommée (facturée) pour faire fonctionner la pompe à chaleur.

Monitoring : C'est l'opération qui consiste à suivre méticuleusement le fonctionnement d'un système, d'un processus en temps réel.

Energies fossiles : Energies (gaz, pétrole, charbon) extraites du sol et du sous-sol, qui se sont constituées par fossilisation de végétaux pendant des millions d'années. Leur combustion émet des gaz à effet de serre, dont principalement du dioxyde de carbone.

Gisement d'économies d'énergies : Potentiel de réduction de la consommation d'énergie.

Mesure & Verification (M&V) : Procédé d'utilisation des mesures pour déterminer les gains enregistrés qu'engendre, sur un site, une Action d'Amélioration de l'Efficacité Energétique. Parce qu'ils représentent l'absence de consommation d'énergie, les gains ne peuvent être mesurés directement : ils sont obtenus par la comparaison de la consommation mesurée, avant et après l'implantation de l'Action, que complètent les ajustements nécessités par les changements de conditions.

CPE et MPE : Contrat de Performance Energétique qui lie un opérateur à un client, propriétaire ou gestionnaire de bâtiments (privés ou publics) résidentiels, tertiaires ou industriels. Il se caractérise par la mise en œuvre d'actions conduisant à améliorer l'efficacité énergétique de manière mesurable et vérifiable (ou estimable, dans le cas où un comptage n'est pas adapté), assortie d'une garantie de résultats sur les économies d'énergie, dans la durée, apportée par l'opérateur.

Grenelle de l'Environnement : Il s'agit d'un ensemble de rencontres politiques organisées en France en septembre et octobre 2007, visant à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement et de développement durable, en particulier pour restaurer la biodiversité par la mise en place d'une trame verte et bleue et de schémas régionaux de cohérence écologique, tout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre et en améliorant l'efficience énergétique.


Adresses utiles

ADEME – Agence de l'Environnement et de la Maîtrise des Energies
Etablissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe des ministères en charge de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM), en charge des technologies vertes et des négociations sur le Climat, l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. L'ADEME participe à la mise en oeuvre des politiques publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et du développement durable. Elle est source de financement, d'aide, d'expertise et de conseil auprès des entreprises, des collectivités locales et territoriales, des pouvoirs publics et plus largement du grand public. Ses items d'interventions sont : la gestion des déchets, la préservation des sols, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l'air et la lutte contre le bruit.
www.ademe.fr

FEDENE – Fédération des Services Energie Environnement
La FEDENE regroupe les premiers opérateurs des énergies renouvelables et de récupération.

Les membres sont particulièrement présents dans :
•  La géothermie : 1.700 GWh, alimentant plus de 120.000 logements (près de la totalité de la production française)
•  La biomasse : utilisation des résidus de la filière bois : 950 GWh (65 % de la production française)
•  Le biogaz de décharge : 237 GWh
•  La valorisation énergétique des déchets ménagers: 10.100 GWh (soit 90 % de la valorisation énergétique française)
•  La chaleur provenant des rejets industriels
•  Le solaire thermique

FEDENE rassemble 6 syndicats professionnels :
SNCU : Syndicat National du Chauffage Urbain et de la Climatisation Urbaine
SNEC : Syndicat National de l'Exploitation Climatique et de la Maintenance
SVDU : Syndicat National du Traitement et de la Valorisation des Déchets Urbains et Assimilés
S2TI : Syndicat National des Entreprises de Télégestion, Télétransmission et Immotique
SYNASAV : Syndicat National de la maintenance et des Services en efficacité énergétique
SYPEMI : Syndicat Professionnel des Entreprises de Multiservice Immobilier et de Facilities Management
www.fedene.fr

ATEE - Association Technique Energie Environnement
L'ATEE rassemble tous les acteurs concernés dans leur activité professionnelle par les questions énergétiques et environnementales (petites et grandes entreprises, sociétés de service, organismes publiques, collectivités territoriales, universités…).Créée en 1978, l'Association compte aujourd'hui 1800 adhérents.
Elle a un rôle d'alerte et d'information sur les dernières nouveautés techniques, sur les tendances économiques et tarifaires, ainsi que sur les évolutions réglementaires nationales ou internationales. Editeur de la revue « Energie Plus ».
www.atee.fr

CLUB S2E - Club des Services d'Efficacité Energétique
Le ClubS2E a pour objet de promouvoir les bonnes pratiques dans le domaine des services d'efficacité énergétique. Au plan national, il accompagne les politiques publiques, élabore des recommandations et prend en compte les retours d'expérience. Au plan international, il agit pour faire connaître et valoriser l'offre française dans le domaine.
www.clubs2e.org

CETIAT
Organisme d'études, d'essais, d'étalonnages et de formations dans les domaines de l'aéraulique, de la thermique, de l'acoustique et de l'efficacité énergétique. Il bénéficie du statut de Centre Technique Industriel.
Le CETIAT accompagne les entreprises pour optimiser ou concevoir leurs procédés et sites industriels.
www.industrie.cetiat.fr

Communauté « ENERGIE INDUSTRIE: Economiser l'énergie dans l'usine » sur Viadeo
Forum d'informations et d'échanges sur l'efficacité énergétique des process et des utilités industriels.
Responsables Energie, Responsables d'Exploitations, Directions Techniques, Prestataires, Fournisseurs animent ce groupe, valorisent les meilleures pratiques et innovations au service d'une chaîne énergétique parfaitement maîtrisée.
http://www.viadeo.com/groups/?containerId=002fut33zpzklq9

Communauté ENERGY CLASS FACTORY
Forum d'échanges et d'informations entièrement dédié au management des énergies et la promotion des solutions techniques de réduction de consommation énergétique dans les process industriels.
http://www.energie-industrie.com/communaute.asp


Energy Class Factory
Les rendez-vous Experts de la performance énergétique des procédés et utilités industriels

Chaque année Premium Contact organise deux journées de consultations techniques (Paris – Lyon) dédiées à l'efficacité énergétique des sites industriels.

Lors de ces journées 50 Experts et 150 Directions Industrielles profitent de rendez-vous personnalisés dans une dynamique conviviale et professionnelle ; ainsi qu'un programme de conférences et d'ateliers ancré sur les normalisations, certifications, les dernières avancées et retours d'expériences.

Assurer un management performant de l'énergie; mettre en place un diagnostique énergétique; mesurer, contrôler, superviser et piloter en temps réel les consommations; identifier les postes énergivores; trouver de nouvelles solutions d'énergie alternatives; découvrir l'offre de nouveaux opérateurs d'énergie… telles sont les sujets abordés sur ces journées.

Energy Class Factory, un bon moyen de faire le point sur ses connaissances techniques et sur les offres et prestations consacrées à la mise en place de démarches énergétiques au sein de son usine.

www.energie-industrie.com


Enquête Nationale « L'énergie fait partie des préoccupations des industriels »

Dans le cadre de l'évènement Energy Class Factory, Premium Contact et son partenaire le magazine Mesures, ont interrogé en avril 2012, plus de 160 Directions industrielles afin d'évaluer leur management énergétique et les actions menées et à prévoir sur leurs process et utilités en terme d'efficacité énergétique.

Quelques extraits :


Etienne Vogt (Cofely)
« L'ISO 50001 est encore peu connue des industriels. Mais ils sont beaucoup plus sensibles à la réduction de leurs consommations qu'il y a sept ou huit ans. Cela va donc dans la bonne direction. Cette nouvelle certification est intéressante, mais s'ils arrivent à diminuer leurs consommations sans y recourir ils le feront. Celle-ci pourrait cependant devenir un critère de choix d'un prestataire à l'instar de l'ISO 9001 relative à la qualité. Elle devrait davantage être prise en compte par les entreprises qui proposent des produits au grand public et/ou dans le cadre de leurs engagements pour le développement durable et la préservation de l'environnement. »



Christophe Watrigant (Prowatt)
« Les industriels savent à peu près, bon an mal an, ce qui consomme le plus sur leur site (gaz, électricité, air comprimé, froid). Ce qui leur manque, ce sont des systèmes qui leur fourniraient une vraie vision de ce qui se passe. Ils connaissent grosso modo les postes consommateurs, mais souvent, il y a des surprises lorsqu'on réalise des mesures. Les lacunes en termes de surveillance de la consommation des équipements sont très nettes. Pourtant les chaudières, les compresseurs d'air, les groupes froids délivrent des informations relatives à leur consommation. Encore faut-il les relever et les exploiter ? 43 % des répondants indiquent être en mesure de suivre en temps réel la situation énergétique de leur site. C'est bien. Mais est-ce qu'ils en font quelque chose ? L'utilisation de ces données est essentielle pour identifier les augmentations incontrôlées, mesurer l'impact de la température extérieure sur leur consommation, etc. Il faut mettre en perspective ce qui est mesuré pour mener des actions sur le process. »



Christophe Watrigant (Prowatt)
« Le nombre de répondants qui va consulter de nouveaux opérateurs ou fournisseurs d'énergie me semble peu élevé. D'autant qu'en 2015, avec la fin des contrats EDF proposant les tarifs vert/ jaune et une ouverture plus intense à la concurrence, les industriels seront obligés de consulter de nouveaux opérateurs. C'est aussi l'occasion de bien connaître sa consommation pour bien se préparer à acheter. Par ailleurs, les entreprises de plus de 500 salariés en métropole doivent réaliser un bilan des émissions de gaz à effet de serre avant le 31 décembre 2012 [NDLR : le décret d'application n° 2011-829 relatif à l'article 75, de la loi Grenelle II rendant les bilans des émissions de gaz à effet de serre obligatoires, est entré en vigueur le 13 juillet 2011]. Cela présente aussi une opportunité pour identifier les gisements d'économie d'énergie. »

Vous pouvez retrouver :

Un résumé des résultats de l'enquête
http://media.energie-industrie.com/Presentation/resultat_enqueteECF_288973.pdf

L'article du magazine Mesures mettant en avant les résultats détaillés de l'enquête
http://media.energie-industrie.com/Presentation/844_Enquete_energie_Mesures_294692.pdf